PRESENTATION DU DEFI DE FORT-L’ECLUSE : LA RESURRECTION D’UNE COURSE UNIQUE EN SON GENRE (1ER VOLET) / 19-11-17

LE DEPARTEMENT DE L’AIN SOUS LES FEUX DE LA RAMPE !

Sous l’égide du Club Athlétique du Bassin Bellegardien et de l’association gessienne Trail The World, le Défi de Fort-l’Ecluse renaît de ses cendres après trois longues années de léthargie. La 11ème édition aura lieu en effet le 19 novembre prochain sur la commune de Léaz, nichée dans le pays de Gex à proximité de Bellegarde, aux confins des départements de l’Ain et de la Haute-Savoie ainsi que du canton de Genève. Cerise sur le gâteau, la manifestation prendra ses quartiers dans l’enceinte même de Fort-l’Ecluse.
L’occasion de marier la prouesse sportive à la sauvegarde et à la valorisation d’un patrimoine culturel et naturel d’exception, issu d’une contrée relativement méconnue, sans doute l’une des plus envoûtantes de l’Ain qui pourtant en regorge.

Juge de paix
Au menu, 15,9 km pour un différentiel de 830 m positifs et 840 m négatifs dont le clou est symbolisé par une série d’impitoyables escaliers, totalisant 917 marches à gravir entre les forts inférieur et supérieur, soit 156 m de dénivelé. Entièrement taillées dans la roche, 830 d’entre elles intègrent une galerie souterraine, mise en service en 1880 après avoir été réalisée à la barre à mine et à la masse. Un exploit surhumain qui ne pourra que relativiser la performance, aussi belle soit-elle, de nos amis trailers au moment de leur ascension.
Pourtant, ces marches qu’ils enjamberont ne seront pas une partie de plaisir. Inégales dans leur hauteur, disposées par tranches de 50, en escalier droit ou en colimaçon, ce qui rajoute à la difficulté, elles feront de cette séquence l’authentique juge de paix de ce Défi, d’autant plus qu’il intervient au km 12,5, soit à seulement 3,4 km de l’épilogue.

Pionniers
In fine, ce parcours n’a plus rien à voir avec l’ancienne mouture en contre-la-montre et au format de poche (5,4 km pour un différentiel de 330 m positifs) qui dissuadait, par la force des choses, d’accourir de loin malgré l’étonnante incursion dans les entrailles du nid d’aigle. On n’en sera pas moins admiratif à l’égard des deux personnalités suivantes qui lancèrent en septembre 2003 cette idée de génie (1), finalisée sept mois plus tard :
– Daniel Juliet, conseiller général du canton de Collonges, maire de Farges et président du comité départemental du tourisme de l’Ain.
Jean-Jacques Micoud, directeur du comité départemental du tourisme de l’Ain et coureur.
De même, mettons en exergue le rôle joué durant les dix premiers opus par ces deux enfants du pays que sont : le Léazien Joël Raisin, l’emblématique homme-lige ; et le Péronnais Christian Desmaris, défenseur acharné de l’office de tourisme de Collonges et sa région pour en avoir été le vice-président durant douze ans, aux manettes de cette course. Enfin, n’occultons pas non plus Lucile Serpol, organisatrice de la première heure, et sa remplaçante Emilie Valton, partie sous d’autres cieux en 2012.

Innovations à foison 
Parmi les différences avec la version number one, le nouvel itinéraire rendra visite au chef-lieu de Léaz, survenant au 7ème km, et ce pour le plus grand bonheur de son maire Alain Gillard qui appuie sans réserve cet événement. Quoi de plus normal pour cet… invétéré trailer ! Autre dissemblance, et de taille, l’arrivée sera jugée, non plus sur le banal parking de la DDE attenant à l’ex-route nationale, dépourvu de la moindre perspective paysagère, mais dans le fort, pardi, précisément sur la place d’armes du fort d’en bas ! Et que dire de ce vibrant hommage au Rhône qui s’invite enfin à la fête, en accueillant, à travers sa rive droite, les trailers sur presque trois bornes, avant de s’en éloigner au 11ème km qui coïncide avec le pont Carnot. De s’en éloigner, certes, mais sans disparaître pour autant des mirettes, omniprésent qu’il est, y compris durant l’épisode « herculéen » de la galerie souterraine qui le laissera entrevoir, notamment à travers les fameuses meurtrières.
A cette occasion, on soulignera l’incroyable travail de Titan entrepris par l’équipe de Bruno Ladet, technicien au service Randonnées du pôle Culture et Tourisme à la communauté de communes du Pays de Gex, pour permettre ce cheminement le long du deuxième fleuve français. Pas moins de deux monotraces ont ainsi été entièrement restaurées : celle qui arpente en montagnes russes le secteur du viaduc ferroviaire de Longeray, entre les km 9 et 10 ; celle qui dévore la rude pente reliant le pont Carnot à la porte de Genève, l’une des deux entrées du fort inférieur, entre les km 11,2 et 12,5.

Clair-obscur
Erigé sur les premières pentes méridionales de la Haute Chaîne du Jura, le Fort-l’Ecluse qui a su résister à l’épreuve du temps et aux soubresauts de l’Histoire n’est pas seulement un puissant témoignage de plusieurs siècles d’architecture militaire. Il offre également un époustouflant panorama sur le défilé de l’Ecluse qui sépare ces deux frères jurassiens que sont le Grand Crêt d’Eau et le Vuache, jadis passage stratégique raccordant le Jura aux Alpes, emprunté dès l’époque romaine.
Mais le défilé de l’Ecluse est avant tout un passage naturel. Un passage d’une insoupçonnable beauté, où s’invitent les eaux azur et émeraude du Rhône qui se fait alors un malin plaisir à travers ses multiples sinuosités de se complaire, comme on le comprend d’ailleurs avec un tel site ! Mais quel contraste clair-obscur qui risque bien de stupéfier les avaleurs de cimes, entre d’un côté la luminosité de ce goulet et de l’autre l’atmosphère ténébreuse de cette sentinelle de pierre !
Enfin, cet entonnoir est pour les rapaces un passage migratoire post-nuptial, l’un des plus importants d’Europe, de 20 à 30.000 d’entre eux gagnant chaque année les aires d’hivernage vers le sud. Mais bien d’autres espèces migratrices y sont répertoriées comme les cigognes, au nombre de 2000 par an.
Motif supplémentaire de se déplacer le 19 novembre, cette gageure constituera l’ultime manche à la fois du Challenge de l’Ain de Course en Montagne et du Challenge des Trails du Haut-Rhône.

Homme-orchestre
En attendant, impatiemment il va sans dire, l’heure H, Jonathan Laurenti, âgé de 34 ans, s’affaire sans relâche. Pièce maîtresse de cette manifestation en tant que cofondateur et trésorier de Trail The World (2), il a été le premier à marcher à l’automne 2015 dans les traces du porteur du projet qui était alors à la recherche désespérée de soutiens.
Ultime action de sa part, ce Gardois de souche et Gessien d’adoption vous invite, le dimanche 10 septembre, à la reconnaissance de cet ébouriffant parcours sous le signe du partage. Rendez-vous à 8 h 30 au fort inférieur !
Frissons, surprises, actions d’éclat, contemplation et complicité, voilà ce que risque de réserver cette matinée aux convives ! A n’en pas douter, un cocktail explosif ! A ne manquer donc sous aucun prétexte !
Allez, au 10 !

F.V. pour le compte également du site Web de l’Athlé Saint-Julien 74, en date du lundi 28 septembre 2017 :
http://www.asj74.org/le-defi-de-fort-lecluse-renait-de-ses-cendres/

(1) Avant que le parcours en contre-la-montre de 5,4 km ne soit adopté, Daniel Juliet et Jean-Jacques Micoud avaient invité en septembre 2003 des athlètes locaux afin de tester un premier tracé, toujours en contre-la-montre. Intégrant déjà l’ascension des 917 marches d’escalier, cette épreuve était longue de 2,6 km.
De l’avis général, un allongement s’avérait nécessaire pour rendre plus sélective cette compète. En conséquence, deux côtes localisées près du village de Longeray, en l’occurrence le chemin des Vignes et la montée à Gustave, furent ajoutées avant la séquence des marches.
(2) Fondée le 1er octobre 2015 et siégeant à Prévessin-Moëns, l’association Trail The World a une double vocation :
– Proposer aux trailers des voyages à l’étranger.
– Orchestrer deux courses nature dans le pays de Gex : le Défi de Fort-l’Ecluse à l’automne ; et la Skyrace des Monts Jura (une trentaine de km pour 2500 m de dénivelé) qui devrait, le 8 juillet 2018, se substituer à la Croz’Et Raide, unique km vertical disputé dans le massif du Jura et dans le département de l’Ain.
En plus du trésorier Jonathan Laurenti, l’autre cofondateur de Trail The World est son président Frédéric Morand, 31 ans, d’origine normande, installé dans la vallée Verte à Habère-Poche. Si John se charge de l’organisation des deux compètes, Fred enfile quant à lui le costume de globe-trotter.
Site Web de Trail The World : https://trailtheworld.org/
.
.
.
REMERCIEMENTS :

Les organisateurs du Défi de Fort-l’Ecluse, émanant du Club Athlétique du Bassin Bellegardien et de l’association gessienne Trail The World, tiennent à exprimer leur profonde gratitude à l’égard des structures et personnalités qui ont facilité leur action :

– La communauté de communes du Pays de Gex.
Propriétaire depuis 1997 et gestionnaire depuis 2008 de Fort-l’Ecluse, elle offre aux organisateurs le privilège d’accéder à ce site classé de 1844 ha, pas seulement le jour J mais également en amont afin de repérer les lieux. Avec mention à Nicolas Renard, directeur du pôle Culture et Tourisme à la communauté de communes, ainsi qu’à toute son escouade, en particulier Anne Corcelle et Jean-Dominique Belanger.
C’est le 12 novembre 2016 que les organisateurs ont pu pénétrer pour la première fois dans l’enceinte du fort. Ils ont récidivé le 10 septembre dernier en proposant aux futurs participants une reconnaissance du parcours qu’empruntèrent à leur tour les bénévoles, précisément le 11 novembre. Enfin, ce sera le compte à rebours jusqu’à la mise en place, les vendredi et samedi, du balisage, avant que ne soient frappés, le dimanche, les trois coups.

– La commune de Léaz.
Outre le soutien d’Alain Gillard, son premier magistrat (relaté dans le premier article), j’ajouterai les deux individualités suivantes :
– La secrétaire de mairie pour son accueil chaleureux.
– L’employé communal Jean-Paul Favre pour l’installation des barrières de sécurité au chef-lieu, à Longeray et au Fort-l’Ecluse, sans oublier la suppression des deux chicanes à Longeray.

– L’Association Communale de Chasse Agréée de Léaz.
Pour ne pas gêner les trailers, les chasseurs léaziens que manage Paul Couderc assouviront leur passion en dehors de l’itinéraire emprunté par la compétition. En conséquence, ils seront postés dans la combe de l’Enfer, soit au-dessus de la petite route asphaltée que fouleront les coureurs et qui dévale entre le fort supérieur (km 12,9) et Longeray (km 14,4).

– Yvon Raisin, propriétaire privé mais aussi chasseur et sculpteur sur fer à ses heures perdues.
Il autorise l’épreuve à traverser ses terrains situés aux moulins de Condière, le long du Rhône (peu avant le km 9), et dans la montée à Gustave (km 15) à travers un pré qu’il a fauché afin que la course ait lieu dans d’excellentes conditions. Une montée dont le prénom fait référence à son père qui faisait pousser des vignes sur une pente aussi brève qu’escarpée.
A l’instar des anciennes éditions (2004-2013), Yvon a promis de faire régner une ambiance de folie au passage des athlètes dans le fameux raidar, à condition toutefois qu’il rentre à temps de Collonges où il expose, pour le dernier jour, ses sculptures.

– Nicole Goubel et Thomas Lucadello, respectivement ex-propriétaire et actuel propriétaire du bar-restaurant Les Roches, localisé au chef-lieu de Léaz.
Sans hésiter, tous deux ont accepté de mettre à la disposition des organisateurs l’immense parking attenant à leur établissement. Du coup, une navette assurera la liaison, longue de 4 km, entre celui-ci et le Fort-l’Ecluse dont les places de stationnement ne sont pas légion.

– L’école associative de danses et de percussions afro-brésiliennes Sambaloelek.
Créée en 2002, domiciliée à Prévessin-Moëns et comprenant 60 membres, elle est influencée par la musique du Nordeste, la région la plus pauvre du Brésil, en particulier la ville de Salvador de Bahia, à la culture africaine marquée, les noirs y étant majoritaires.
20 percussionnistes et 15 danseuses animeront la manifestation avant le départ puis à l’arrivée des compétiteurs. La troupe sera positionnée devant la porte de France, à l’extérieur du fort inférieur.

F.V. .
.
.

.
PALMARES DEPUIS 2004 :

23 mai 2004 (5,4 km pour 330 md+ ; 97 classés) :
– 1er (1er senior) : Alexandre Aubert (Passy) en 23’05.
– 1ère (1ère senior, 54ème au scratch) : Isabelle Thevenet (Saint-Just) en 32’53.
– Résultats des 40 premiers sur le site Web Ain Courir :
http://aincourir.free.fr/longeray04.htm

22 mai 2005 (5,4 km pour 330 md+ ; 65 classés dont 6 femmes) :
– 1er (1er senior) : Alain Gillet (Evian Off Course) en 23’24.
– 1ère (1ère V1, 13ème au scratch) : Michelle Leservoisier (Club Athlétique d’Ambilly) en 28’18.
– Résultats complets sur le site Web Ain Courir :
http://aincourir.free.fr/Longeray05.htm

30 avril 2006 (5,4 km pour 330 md+ ; 82 classés dont 14 femmes) :
– 1er (1er senior) : Mathieu Gachet (Club des Sports de Megève) en 23’42.
– 1ère (1ère V1, 16ème au scratch) : Michelle Leservoisier (Club Athlétique d’Ambilly) en 26’40, record féminin du parcours emprunté entre 2004 et 2013.
– Résultats complets sur le site Web Ain Courir :
http://aincourir.free.fr/Leaz06.htm

29 avril 2007 (5,4 km pour 330 md+ ; 85 classés dont 11 femmes) :
– 1er (1er senior) : Jean-Christophe Dupont (Arve Athlétisme Bonneville Pays Rochois) en 22’45, record scratch du parcours emprunté entre 2004 et 2013.
– 1ère (1ère cadette, 32ème au scratch) : Maëlle Mugnier (Athlétique Sport Aixois) en 30’54.
– Résultats complets sur le site Web Ain Courir :
http://aincourir.free.fr/Leaz07.htm

27 avril 2008 (5,4 km pour 330 md+ ; 123 classés dont 21 femmes) :
– 1er (1er senior) : Olivier Morin (Faucigny Athlétic Club) en 23’55.
– 1ère (1ère espoir, 20ème au scratch) : Aurélie Jacquier (La Foulée d’Annemasse) en 26’59.
– Résultats complets sur le site Web Ain Courir :
http://aincourir.free.fr/Leaz08.htm

26 avril 2009 (5,4 km pour 330 md+ ; 144 inscrits dont 22 femmes, 141 classés dont 21 femmes) :
– 1er (1er senior) : Florian Schäfer (Triath’Spiridon Oyonnax) en 24’01.
– 1ère (1ère senior, 24ème au scratch) : Maryline Rossi (Athlé Saint-Julien 74) en 27’58.
– Résultats complets sur le site Web Ain Courir :
http://aincourir.free.fr/defifortlecluse09.htm

25 avril 2010 (5,4 km pour 330 md+ ; 146 classés dont 24 femmes) :
– 1er (1er senior) : Paskal Thebault (Team Vuki et La Foulée d’Annemasse) en 23’21.
– 1ère (1ère senior, 26ème au scratch) : Maryline Rossi (Athlé Saint-Julien 74) en 28’36.
– Résultats complets sur le site Web Ain Courir :
http://aincourir.free.fr/defifortlecluse10.htm

24 avril 2011 (5,4 km pour 330 md+ ; 147 inscrits dont 28 femmes, 143 classés dont 27 femmes) :
– 1er (1er senior) : Vincent Faillard (Team Asics) en 23’47.
– 1ère (1ère V1, 37ème au scratch) : Michelle Leservoisier (Team Technicien du Sport Seynod, La Foulée d’Annemasse et Jogg’Attitude) en 29’32.
– Résultats complets sur le site Web Ain Courir :
http://aincourir.free.fr/defifortlecluse11.htm

29 avril 2012 (5,4 km pour 330 md+ ; 175 inscrits dont 32 femmes, 162 classés dont 29 femmes) :
– 1er (1er senior) : Gilles Schenevey (Suisse, Cranves-Sales) en 24’20.
– 1ère (1ère V1, 38ème au scratch) : Christine Catin (Courir Nature Saint-Jean-de-Niost) en 30’47.
– Résultats complets sur le site Web Ain Courir :
http://aincourir.free.fr/defifortlecluse12.htm

28 avril 2013 (5,4 km pour 330 md+ ; 200 inscrits, 189 classés dont 51 femmes, record de participation sur le parcours emprunté entre 2004 et 2013) :
– 1er (1er senior) : Florian Schäfer (Team Schäfer Coaching, Team Run Alp Bourg-en-Bresse, Union Sportive Oyonnax Athlétisme Plastics Vallée et Triath’Spiridon Oyonnax) en 23’27.
– 1ère (1ère senior, 23ème au scratch) : Armelle Magat Saunier (Athlé Saint-Julien 74) en 28’11.
– Résultats complets sur le site Web Ain Courir :
http://aincourir.free.fr/defidufortlecluse13.htm
.
.

.
PARCOURS :

L’itinéraire 2017 figure sur le site Web Trace de Trail via le site Web du Défi de Fort-l’Ecluse :
https://docs.wixstatic.com/ugd/ddd23a_16dfc4bedc6f4b0594581b6e1d8bdae6.pdf

Créée par Jonathan Laurenti, cofondateur et trésorier de Trail The World, la trace présente les dimensions suivantes : 16 km pour 850 m de dénivelé (précisément 15,9 km pour 830 m de dénivelé positif et 840 m de dénivelé négatif). 
.
.
.
LE DEFI DE FORT-L’ECLUSE SUR LE SITE WEB COURZYVITE :

– Résultats, compte rendu et photos de l’édition 2010 :
http://www.courzyvite.run/blog/2010/04/26/resultats-compte-rendu-et-photos-du-defi-de-fort-lecluse-25-04-10/

– Résultats, compte rendu et photos de l’édition 2011 :
http://www.courzyvite.run/blog/2011/04/25/resultats-compte-rendu-et-photos-du-defi-de-fort-lecluse-24-04-11/

– Présentation de l’édition 2012 (1er volet) :
http://www.courzyvite.run/blog/2012/04/28/presentation-du-defi-de-fort-lecluse-29-04-12/

– Présentation de l’édition 2012 : entretien avec l’outsider Baptiste Choutkoff (2ème volet) :
http://www.courzyvite.run/blog/2012/04/28/entretien-avec-baptiste-choutkoff-en-premiere-ligne-sur-le-defi-de-fort-lecluse-29-04-12/

– Résultats et compte rendu de l’édition 2012 :
http://www.courzyvite.run/blog/2012/04/30/resultats-et-compte-rendu-du-defi-de-fort-lecluse-29-04-12/

– Résultats, compte rendu et photos de l’édition 2013 :
http://www.courzyvite.run/blog/2013/04/29/resultats-compte-rendu-et-photos-du-defi-de-fort-lecluse-28-04-13/

– Présentation de l’édition 2017 : les pronostics (2ème volet) :
http://www.courzyvite.run/blog/2017/11/19/presentation-du-defi-de-fort-lecluse-pronostics-19-11-17/
.
.
.
INSCRIPTIONS :

Elles sont exclusivement en ligne, à savoir sur le site Web L-Chrono :
http://inscriptions-l-chrono.com/defidefortlecluse2017/select_competition
.
.
.
LISTE DES INSCRITS :

Elle figure sur le site Web L-Chrono :
http://inscriptions-l-chrono.com/defidefortlecluse2017/registrations-list
.
.

.
PAGES FACEBOOK :

– Présentation :
https://www.facebook.com/defifortlecluse/

– Reconnaissance du parcours du 10 septembre 2017 :
https://www.facebook.com/events/1996143197281460/

 Défi de Fort-l’Ecluse du 19 novembre 2017 :
https://www.facebook.com/events/1665938800385579/
.
.
.
SITE WEB :

Finalisé le 12 juillet dernier, il a été entièrement pensé par Jonathan Laurenti, cofondateur et trésorier de Trail The World :
https://www.defidefortlecluse.com/
.
.
.
PHOTOS :

Le Fort-l’Ecluse depuis la route départementale 908. 
– Au premier plan : le fort inférieur d’où s’élanceront puis concluront les trailers, d’où partira également une série d’escaliers, renfermant au total 917 marches à gravir (km 12,5).
– En haut : le fort supérieur, épilogue des 917 marches (km 12,9).
Ouvrage d’interdiction, le fort inférieur était destiné à réprimer l’ennemi au cas où celui-ci emprunterait le défilé de l’Ecluse. Malgré une longue histoire, entamée dès 1225 par l’édification d’une petite construction militaire, bientôt transformée en maison forte puis en château, le fort d’en bas illustre principalement une forteresse de la première moitié du XIXème siècle. Détruit par les Autrichiens en 1815, sa réhabilitation de 1820 à 1828 reprenait ainsi l’essentiel du plan originel en intégrant ce qui a pu être récupéré de l’édifice précédent, à l’image de la tour ronde qui surplombe la porte de France. Notons que l’ancienne fortification était elle-même issue des campagnes de restructuration menées entre 1690 et 1720, au moment de son intégration au grand système de défense des frontières, réalisé par Colbert et Louvois sous l’autorité de Louis XIV.
Quant au fort supérieur, il a été érigé 200 m au-dessus du fort inférieur, entre 1834 et 1848, et ce comme ouvrage de protection. En plus des vues lointaines que son altitude lui donnait sur toute la région, son rôle était en effet d’empêcher le renouvellement des événements de 1814 et 1815 : en l’occurrence, l’écrasement des défenseurs du fort inférieur par des projectiles, jetés du haut de la falaise par les Autrichiens.
Vue aérienne sur le fort inférieur de Fort-l’Ecluse.
– Au premier plan : la passerelle accédant à la porte de France, entrée principale, qui servira à la fois pour le départ et l’arrivée du trail.
– A gauche de la porte de France : la tour ronde. 
– Au fond : la porte de Genève (km 12,5), atteinte à l’issue d’une rude montée, enclenchée peu après le pont Carnot (km 11,2).
– Entre la porte de France et celle de Genève : la place d’armes où débuteront les 917 marches d’une série d’escaliers conduisant au fort supérieur (km 12,9) avant d’accueillir l’arrivée.  
Le fort inférieur de Fort-l’Ecluse.

– A l’extrême gauche : la passerelle accédant à la porte de France, entrée principale, qui servira à la fois pour le départ et l’arrivée du trail.
– A l’extrême droite : la porte de Genève (km 12,5), atteinte à l’issue d’une rude montée, enclenchée peu après le pont Carnot (km 11,2). C’est très vite après cette porte que débuteront, sur la place d’armes, les 917 marches d’une série d’escaliers conduisant au fort supérieur (km 12,9).  
Le fort inférieur de Fort-l’Ecluse.
La passerelle accédant à la porte de France, entrée principale utilisée pour le départ et l’arrivée des trailers.
L’enceinte est renforcée, à gauche de la porte de France, par une tour ronde.
Le fort inférieur de Fort-l’Ecluse.
La tour ronde.
Cliché de Fabienne Milone.
Peu avant le lieu-dit Les Marais, toit du trail à 732 m d’altitude (km 3,9).
De ce point culminant, débutera une interminable descente qui conduira les trailers au bord du Rhône (km 8,6).
Cliché de Fabienne Milone.Le chef-lieu de la commune de Léaz depuis le Vuache (km 7).
Contrairement aux dix premières cuvées (2004-2013), le 11ème Défi de Fort-l’Ecluse lui rendra visite. Le premier des trois ravitaillements que compte l’épreuve y sera installé.
Les trailers y parviendront par le chemin qui dégringole depuis le lieu dit Les Marais (km 3,9), bien visible à l’extrême droite au milieu des près et bordé par des arbres, en faisant un virage. Ils repartiront du chef-lieu par le chemin situé au premier plan à droite, qui dévalera rapidement en direction de la rive droite du Rhône.
Confluence entre le Rhône, sur sa rive droite, et le ruisseau de Rochefort (km 8,6), enjambé par une passerelle.
Epilogue de l’énorme descente, entamée au lieu-dit Les Marais (km 3,9).
Cliché de Fabienne Milone.

Confluence entre le Rhône, sur sa rive droite, et le ruisseau de Rochefort (km 8,6), enjambé par une passerelle.
L’instant précis où les trailers commenceront à remonter le deuxième fleuve français mais sans trop le voir, et ce jusqu’au km 10. Une portion en montagnes russes, hyper-technique, tout en relance, parfois sur une micro-trace, bref, beaucoup plus difficile qu’il n’y paraît de prime abord.
Au fond : le versant occidental du Vuache.
En rive droite du Rhône (peu après le km 10).
Disparu quasiment des mirettes depuis sa confluence avec le ruisseau de Rochefort (km 8,6), le fleuve réapparaît en force.
Cliché de Chantal Jaeger-Potheret (site Web Randocops).
En rive droite du Rhône (peu après le km 10).
Le sentier est traversé de ruisseaux canalisés par des ouvrages d’art, qui vont se jeter dans le deuxième fleuve français.
Cliché de Chantal Jaeger-Potheret (site Web Randocops).
En rive droite du Rhône (peu après le km 10).
Spectaculaire mur de soutènement réalisé par l’équipe de Bruno Ladet, technicien au service Randonnées du pôle Culture et Tourisme à la communauté de communes du Pays de Gex.
Cliché de Fabienne Milone.
En rive droite du Rhône (peu après le km 10).
Le moment précis où les trailers emprunteront, à contre-courant, les berges du fleuve jusqu’au pont Carnot (km 11,2).
Cliché de Fabienne Milone.
En rive droite du Rhône (peu après le km 10).
S’élançant en rive gauche, les falaises du Vuache ne manquent jamais de se faire entendre comme en témoignent les échos qu’elles émettent…
Cliché de Chantal Jaeger-Potheret (site Web Randocops).
En rive droite du Rhône (peu après le km 10).
Nouveau ruisseau canalisé par un ouvrage d’art avant d’être avalé tout cru par le deuxième fleuve français. 
Cliché de Chantal Jaeger-Potheret (site Web Randocops).
En rive droite du Rhône (peu après le km 10).
Le fleuve en direction de Bellegarde, s’approchant du viaduc ferroviaire de Longeray, visible en arrière plan.
Cliché de Fabienne Milone.
En rive droite du Rhône (peu après le km 10).
On remarque en rive gauche le pendage presque vertical des couches de calcaire du Vuache, dressées par la pression de la chaîne alpine !
Cliché de Chantal Jaeger-Potheret (site Web Randocops).
En rive droite du Rhône (peu après le km 10).
Encore un ruisseau canalisé par un ouvrage d’art avant de rejoindre le deuxième fleuve français.
Cliché de Chantal Jaeger-Potheret (site Web Randocops).
Au pont Carnot qui délimite l’Ain de la Haute-Savoie (km 11,2). 
– Au premier plan : le Rhône que les trailers abandonneront, laissant le pont Carnot à main droite, avant de gravir une belle rampe en direction de la porte de Genève de Fort-l’Ecluse (km 12,5), bien visible au second plan à l’extrême droite du fort inférieur.
Attention, cette porte n’est pas à confondre avec l’une des deux entrées du tunnel emprunté par la route départementale 1206, située un peu plus haut à droite par rapport au fort inférieur.
– En arrière plan : la combe de l’Enfer, extrémité sud de la Haute Chaîne du Jura.
Cliché de Philippe Milliroux (CRAPAST et Philophoto Photographe Pays de Gex Grand Genève).
Peu avant la porte de Genève du fort inférieur de Fort-l’Ecluse (km 12,5).
L’ultime partie, roulante à souhait, du tronçon qui démarre du pont Carnot (km 11,2).
Cliché de Fabienne Milone.
La porte de Genève du fort inférieur de Fort-l’Ecluse (km 12,5).
Elle sera franchie par les trailers à l’issue d’une ascension qui démarre du pont Carnot (km 11,2), à travers un chemin à faible déclivité puis un single-track pentu avant de s’achever par une allée plate.
Cette même porte permettra d’accéder au deuxième ravitaillement, situé sur la place d’armes où commencera l’éprouvante série d’escaliers, et ses 917 marches, grimpant au fort supérieur (km 12,9).
Ce cliché a été pris en 2005 avant sa restauration.
La série d’escaliers de Fort-l’Ecluse et ses 917 marches, reliant le fort inférieur (km 12,5) au fort supérieur (km 12,9).
Le clou est symbolisé par une galerie souterraine qui renferme 830 marches, taillées à même la pierre.
La série d’escaliers de Fort-l’Ecluse et ses 917 marches, reliant le fort inférieur (km 12,5) au fort supérieur (km 12,9).
L’une des meurtrières observée depuis la galerie souterraine et ses 830 marches, taillées dans la roche. Elle laisse entrevoir le défilé de l’Ecluse où se faufile le deuxième fleuve français qu’auront auparavant remonté les trailers en rive droite, non sans avoir passé sous le viaduc ferroviaire de Longeray.
Toujours dans les entrailles de Fort-l’Ecluse (entre les km 12,5 et 12,9).
Quelques-unes des 830 marches, taillées à même la pierre, de la fameuse galerie souterraine qui se hisse au fort supérieur.
Le fort supérieur de Fort-l’Ecluse (km 12,9).
Il coïncide avec la fin de la série d’escaliers et ses 917 marches, ascensionnées depuis le fort inférieur (km 12,5), localisé 200 m plus bas.
Cliché de Philippe Milliroux (CRAPAST et Philophoto Photographe Pays de Gex Grand Genève).


Le fort supérieur de Fort-l’Ecluse (km 12,9).
Le fort supérieur de Fort-l’Ecluse (km 12,9).
On distingue au deuxième plan la porte, datant de 1834, d’où surgiront les courageux trailers qui en auront alors fini avec l’épreuve des 917 marches, gravies depuis le fort inférieur (km 12,5). Juste avant de sortir, un troisième et ultime ravitaillement leur sera opportunément proposé.
Au fond à droite : le versant nord du Vuache.
Cliché de Chantal Jaeger-Potheret (site Web Randocops).
Le fort supérieur de Fort-l’Ecluse (km 12,9).
Panorama vers l’est, en l’occurrence le Genevois, avec :
– En contrebas à droite, le défilé de l’Ecluse où coule le Rhône, enjambé par le pont Carnot (km 11,2).
– En toile de fond, le Salève.
Le fort supérieur de Fort-l’Ecluse (km 12,9).
Panorama aérien vers l’est, qui embrasse le Genevois, avec en contrebas le deuxième fleuve français et le pont Carnot (km 11,2).
Le fort supérieur de Fort-l’Ecluse (km 12,9).
Panorama vers l’ouest avec :
– Au second plan en contrebas : le village de Longeray (commune de Léaz) que traverseront les trailers au km 2 puis au km 14,6.
– Au second plan à droite : le flanc méridional de la Haute Chaîne du Jura.
Le fort supérieur de Fort-l’Ecluse (km 12,9).
Panorama vers le sud avec :
– En contrebas : le défilé de l’Ecluse où coule le Rhône qu’auront auparavant remonté les trailers en rive droite, en passant sous le viaduc ferroviaire de Longeray.
– Au deuxième plan à gauche : les versants nord et ouest du Vuache.
– Au fond à gauche : la montagne des Princes.
– Au fond à droite : le Grand Colombier, toit du Bas-Bugey.
Le fort supérieur de Fort-l’Ecluse (km 12,9).
Panorama vers le sud avec :
– En contrebas : le défilé de l’Ecluse où coule le Rhône qu’auront auparavant remonté les trailers en rive droite, en passant sous le viaduc ferroviaire de Longeray.
– Au deuxième plan à gauche : le versant ouest du Vuache.
La montée à Gustave (km 15).
Propriétaire privé de ce pré, également chasseur et sculpteur sur fer à ses heures perdues, Yvon Raisin a pris soin de le faucher afin que son ascension ait lieu dans des conditions optimales. Une ascension dont le prénom fait référence à son père qui faisait pousser des vignes sur cette pente aussi brève qu’escarpée.
Cliché de Jonathan Laurenti.
Jonathan Laurenti, cofondateur de l’association Trail The World.
Il est l’homme-orchestre de cette 11ème édition du Défi de Fort-l’Ecluse.
Cliché pris le 17 mai 2015 par Jean-Claude Delachenal, à l’occasion de la 13ème Montée du Crêt d’Eau où Jonathan s’appropriera la 38ème place (21ème senior) en 1h46’53.
Image réalisée peu avant l’arrivée dans la station de Menthières.
Chrystelle Lassalle-Ghendir, présidente du Club Athlétique du Bassin Bellegardien depuis le 10 juillet dernier.
Elle a constitué le dossier administratif de cette 11ème édition du Défi de Fort-l’Ecluse avant de l’adresser à la préfecture de l’Ain.
Bruno Ladet, technicien au service Randonnées du pôle Culture et Tourisme à la communauté de communes du Pays de Gex.
Il est l’une des principales chevilles ouvrières de cette 11ème édition du Défi de Fort-l’Ecluse pour avoir restauré, avec son équipe, deux sentiers cheminant dans le secteur du Rhône.
Cliché pris le 17 mai 2015 par Jean-Claude Delachenal, à l’occasion de la 13ème Montée du Crêt d’Eau où Bruno s’appropriera la 90ème place (8ème V2) en 2h01’37.
Image réalisée peu avant l’arrivée dans la station de Menthières.
Le logo du Défi de Fort-l’Ecluse, conçu magnifiquement par Mélanie Ros.
.
.